Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'enceinte du Conseil des droits de l'Homme à Genève (archives)

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

(sda-ats)

Israël a annoncé mercredi une coupe de deux millions de dollars de sa contribution à l'ONU. Les autorités israéliennes répondent aux nouvelles critiques du Conseil des droits de l'Homme à Genève contre la politique israélienne à l'égard des Palestiniens.

Israël n'a cessé de dénoncer ce Conseil depuis des années à la suite d'une série de votes et de rapports critiques sur la politique israélienne dans les territoires palestiniens. Un rapporteur spécial de l'ONU avait accusé la semaine dernière devant ce Conseil Israël "d'assujettir" les Palestiniens et d'avoir intensifié la répression à l'encontre des défenseurs des droits humains.

Israël est systématiquement à l'ordre du jour de chaque session du Conseil (trois fois par an). L'Etat hébreu et son principal allié, les Etats-Unis, ont déjà dénoncé à de multiples reprises cet "agenda biaisé" du Conseil des droits de l'Homme, boycottant les débats.

Un communiqué du ministère israélien des affaires étrangères a dénoncé "la "discrimination obsessionnelle envers Israël de la part de l'ONU et de ses agences" pour justifier cette réduction.

Aide aux soutiens d'Israël

L'Etat hébreu avait déjà annoncé une réduction de six millions de dollars (sur un total de 11,7 millions) de sa contribution à l'ONU après le vote en décembre par le Conseil de sécurité d'une résolution dénonçant la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens, a ajouté un porte-parole du ministère israélien des affaires étrangères.

"Le premier ministre israélien et également ministre des affaires étrangères Benjamin Netanyahu a décidé d'affecter les deux millions de dollars à l'aide internationale et à l'investissement dans des pays en développement qui soutiennent Israël dans les instances internationales", a encore souligné le communiqué.

Le 15 mars dernier, le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, dans une lettre à huit groupes de défense des droits humains, avait indiqué que les Etats-Unis poursuivront leur "objection forte et de principe à l'égard de l'agenda biaisé du Conseil contre Israël".

La nouvelle ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley a par ailleurs promis lundi devant l'AIPAC, la plus grande organisation américaine pro-israélienne, que le "dénigrement" de l'Etat hébreu aux Nations unies était "terminé".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS