Le gouvernement israélien a annoncé dimanche qu'il bloquait le transfert des taxes collectées par Israël au profit de l'Autorité palestinienne. Cette mesure constitue de nouvelles représailles à l'octroi du statut d'Etat observateur à l'ONU à la Palestine.

Le ministre des Finances Youval Steinitz a annoncé, au début du conseil des ministres hebdomadaire, que 460 millions de shekels (112 millions de francs) qui devaient être transférés ce mois-ci seraient bloqués, ont précisé les médias israéliens.

"Nous avons dit dès le début que le rehaussement du statut de la Palestine à l'ONU ne se produirait pas sans réaction de la part d'Israël", a déclaré M. Steinitz, dans des propos rapportés par la radio publique.

"Je n'ai pas l'intention de transférer les taxes dues à l'Autorité palestinienne ce mois-ci. Ils seront utilisés pour rembourser les dettes dues par l'Autorité palestinienne à la compagnie nationale d'électricité israélienne", a-t-il ajouté.

Construction de logements

En représailles au vote de l'Assemblée générale de l'ONU qui a permis jeudi l'accession de la Palestine au statut d'Etat observateur, le gouvernement israélien avait déjà annoncé vendredi son intention de construire 3000 logements en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupés.

Le premier ministre Benjamin Netanyahou a donné l'ordre de continuer les constructions dans la zone E1, particulièrement controversée entre Maalé Adoumim et Jérusalem.

Gelé depuis des années sous pression américaine, ce projet controversé vise à rattacher la colonie juive de Maalé Adoumim, en Cisjordanie, à des quartiers de colonisation de Jérusalem-Est. Il est vivement dénoncé par les Palestiniens, car il couperait pratiquement en deux la Cisjordanie, compromettant la viabilité d'un Etat palestinien.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.