Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A Milan, de brefs heurts ont opposé les forces de l'ordre à des militants d'extrême gauche.

KEYSTONE/AP ANSA/NICOLA MARFISI

(sda-ats)

L'Italie a été parcourue de manifestations politiques parfois tendues samedi, à une semaine des législatives du 4 mars, avec une démonstration de force de Matteo Salvini (extrême droite) à Milan. Des milliers de manifestants antifascistes se sont réunis à Rome.

Le ministère italien de l'Intérieur a recensé 119 rassemblements de tailles diverses dans 30 provinces. Il a annoncé avoir mobilisé 5000 policiers dans tout le pays pour assurer l'ordre, la plupart dans la capitale. De brefs heurts ont essentiellement concerné Milan (nord).

Les forces de l'ordre se sont opposées à une poignée de militants d'extrême gauche qui voulaient empêcher le déroulement d'un rassemblement de Fratelli d'Italia (extrême droite) le matin puis de CasaPound (néofasciste) en début d'après-midi.

Sur le parvis de la cathédrale de cette ville, c'est sur l'aria "Nessun dorma" et son épique "vincerò" (je gagnerai) final que M. Salvini est arrivé sur le podium pour décliner son programme. Il tenait sa fille de cinq ans dans les bras.

"Les Italiens d'abord"

Allié avec la droite de Silvio Berlusconi pour les législatives, le patron de la Ligue ambitionne d'arriver premier au sein de cette coalition qui fait la course en tête dans les sondages afin de devenir chef du gouvernement. "Les Italiens d'abord", a-t-il martelé samedi.

Il s'est d'abord attaqué à l'immigration et à Matteo Renzi, chef de file du centre gauche pour les élections, copieusement sifflé par la foule. Quelque 15'000 à 20'000 personnes selon la police, 50'000 selon la Ligue, agitaient, sous le soleil, des drapeaux de la Ligue, de Venise ou encore de la Sardaigne.

A l'instar des autres mouvements d'extrême droite qui fleurissent en s'adressant à des populations qui se sentent abandonnées, M. Salvini a promis de s'occuper en priorité "des personnes âgées contraintes de fouiller dans les cartons jetés par les supermarchés", des ouvriers victimes des délocalisations, des petits commerçants...

"Dire non au fascisme"

C'est aussi de liberté qu'il s'est agi à Rome. Des milliers de personnes y ont défilé dans le calme pour dénoncer le fascisme, un rassemblement décidé lorsqu'un militant de la Ligue a tiré sur des Africains à Macerata (centre) en représailles à un meurtre sordide attribué à des Nigérians.

A l'appel l'association nationale des partisans de l'Italie, les manifestants ont défilé sous une petite pluie froide et une marée de drapeaux rouges et verts de syndicats. "Nous sommes là pour dire non au fascisme, parce qu'il y a trop d'épisodes malsains en ce moment, il ne faut pas que ça revienne", a déclaré Rita Solo, 50 ans, militante du syndicat CGIL venue de Sardaigne.

Derrière elle, une pancarte proclamait: "Make Italia antifascista again" (Rendez l'Italie à nouveau antifasciste). Le chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, et le chef de file du centre gauche pour les élections, Matteo Renzi, ont brièvement participé à ce rassemblement qui s'est déroulé dans le calme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS