Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les députés italiens ont adopté formellement vendredi soir le plan de rigueur du chef du gouvernement Mario Monti, qui vise l'équilibre budgétaire en 2013. Ils avaient déjà voté la confiance sur le texte à la mi-journée.

Le plan, adopté à une très large majorité, est composé de mesures de réduction du déficit d'environ 20 milliards d'euros d'ici à 2014 et de mesures de relance de plus de 10 milliards. Le gouvernement avait déjà remporté haut la main un vote de confiance, destiné à accélérer l'adoption du plan, par 495 voix contre 88.

Le Sénat devrait entériner définitivement le plan anti-crise la semaine prochaine, à priori sans difficultés.

Approuvé le 4 décembre en conseil des ministres, le plan préparé par le président du Conseil, Mario Monti, qui doit être validé par le Parlement dans un délai de 60 jours, vise à assainir les comptes publics et à enrayer la crise de la dette dans la troisième économie de la zone euro.

Le gouvernement de "techniciens" mis en place par le successeur de Silvio Berlusconi a l'appui d'une très large majorité au Parlement. Les sénateurs devraient approuver à leur tour avant Noël ce plan, probablement lors d'un autre vote de confiance.

Vote de confiance

Mario Monti, ancien commissaire européen, a demandé un vote de confiance à la Chambre des députés pour mettre en place le plan plus vite, évitant de longs débats sur des dizaines d'amendements proposés essentiellement par la Ligue du Nord.

Les deux principales formations parlementaires, le Parti démocrate (PD) de centre gauche et le Parti du Peuple de la Liberté (PDL), de Silvio Berlusconi, soutiennent le gouvernement et le plan d'austérité, même s'ils souhaiteraient l'édulcorer.

"Nous voulions plus mais nous allons continuer notre combat (...) pour soutenir ceux qui n'ont pas de voix", a déclaré le président du groupe PD à la Chambre, Dario Franceschini. "Ce n'est qu'un début. Notre objectif est de sauver le pays", a-t-il dit.

ATS