Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef du Parti démocrate (PD) italien, Pier Luigi Bersani, s'est réjoui d'avoir rassemblé "une force énorme" en réunissant samedi des dizaines de milliers de manifestants sur la grande place San Giovanni à Rome. Le PD le est principal parti d'opposition de gauche en Italie.

Après avoir entonné avec la foule l'hymne italien, M. Bersani a une nouvelle fois réclamé la démission de Silvio Berlusconi, affirmant que "l'Italie se trouve sur le versant plus exposé de la crise (de la zone euro) à cause de la politique d'un gouvernement incapable et déconsidéré".

Elections anticipées

Le PD appelle depuis des mois au départ de M. Berlusconi et a souhaité la formation d'un gouvernement technique qui pourrait être soutenu par une nouvelle majorité regroupant la gauche et différents mouvements centristes. M. Bersani s'est dit également prêt à des élections anticipées par rapport à l'échéance de 2013.

Après la mise sous surveillance de l'Italie par l'Union européenne et le FMI, le chef du PD a promis de "restituer à l'Italie sa dignité, son nom" et de "relancer le rêve d'une Europe ouverte sur l'avenir".

M. Bersani s'en est pris aussi aux partis de droite de la chancelière allemande Angela Merkel et du président français Nicolas Sarkozy, estimant que la droite européenne "a mis à genoux l'Europe en commençant par la manière dont elle a géré le problème de la Grèce".

Pancartes et banderoles

Le meeting du PD avait été placé sous le mot d'ordre: "la Constitution italienne, la plus belle du monde". Les manifestants étaient massés devant un grand podium aux couleurs du drapeau tricolore italien (vert, blanc, rouge) et beaucoup portaient des pancartes et banderoles appelant au départ du chef du gouvernement Silvio Berlusconi sous le slogan: "Silvio va-t-en!!".

"Plus vite on les met à la casse, mieux c'est", était-il écrit sur une autre placardée de photos de ministres de la majorité de centre-droit, mais aussi de l'avocat de M. Berlusconi Niccolo Ghedini, et de son avenante ex-hygiéniste dentaire promue conseillère régionale à Milan, Nicole Minetti.

ATS