Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Rome - Des dizaines de milliers de jeunes ont manifesté ce vendredi dans toute l'Italie pour protester contre des coupes budgétaires à l'école. Le mouvement était particulièrement fort à Rome, où les lycéens ont réclamé la démission de la ministre de l'Education, Mariastella Gelmini.
Ils étaient 30'000 manifestants à Rome et 300'000 au total dans 80 villes italiennes, ont indiqué les organisateurs, l'Union des élèves de l'enseignement supérieur.
En cause, l'adoption en 2008 de plusieurs lois par le gouvernement de Silvio Berlusconi pour faire face la crise économique. Elles ont eu pour effet de supprimer environ 9 milliards d'euros et 130'000 emplois dans l'éducation nationale pour la période de 2009 à 2013.
L'association estudiantine La Rete a fustigé la réaction de la ministre de l'éducation Mariastella Gelmini qui "ne fait que répéter les mêmes phrases prononcées depuis 2008: elle est la seule à vouloir la réforme scolaire, les autres sont des partisans du statu quo".
"Mais de quel statu quo parle-t-elle? Des écoles qui tombent en ruines? Des professeurs sous-payés et démotivés? Cette réalité, nous ne voulons pas la garder, nous voulons (...)changer notre pays et notre école et pour commencer changer de ministre", a conclu La Rete. Mme Gelmini a refusé de recevoir une délégation de manifestants qui s'étaient rendus sous les fenêtres de son ministère.
Les manifestations ont entraîné de nombreuses difficultés dans la circulation des grandes villes touchées par ces mouvements de protestation. Des heurts, sans conséquences graves, se sont produits entre des manifestants et la police à Turin, Milan et Florence, selon l'agence Ansa.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS