Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses n'ont pas caché leur déception à l'issue du super-G des Mondiaux de St-Moritz. Mais tous se tournent déjà vers la descente de samedi, où ils comptent bien prendre leur revanche.

"Oui, la déception est grande", a lâché Carlo Janka, meilleur Suisse du jour, mais relégué à une frustrante 8e place. "Il y avait vraiment mieux à faire. Mais pour cela, je n'aurais pas dû perdre autant de temps sur la partie de glisse initiale", a pesté le Grison qui, effectivement, avait course perdue après 30 secondes seulement. "J'ai ensuite réussi de bonnes choses en milieu de parcours, et c'est la seule chose dont je peux m'inspirer pour la descente", a-t-il estimé.

Beat Feuz est apparu tout aussi dépité que son coéquipier, mais moins apte à analyser son échec. "Certains passages n'ont pas été optimaux, c'est clair. Je dois toutefois encore regarder la vidéo pour savoir ce qui s'est réellement passé", a dit le Bernois, classé au 12e rang. "Ce résultat n'est clairement pas bon. J'attendais beaucoup mieux de moi", a-t-il ajouté, avant de se projeter déjà sur la descente: "Cela sera une course différente. Il faudra composer avec un autre tracé, et notamment avec davantage de sauts. Je me réjouis de samedi", a-t-il lâché.

Encore plus loin, Mauro Caviezel s'est classé 20e, tandis que Patrick Küng a pris la 22e place. "Je commets une faute sur le haut, et dès cet instant je sais que c'est perdu", a relevé le Glaronais. "Mes meilleures chances sont toutefois en descente, et j'espère bien le prouver samedi", a ajouté le tenant du titre dans l'épreuve reine.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS