Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux séismes de magnitude supérieure à 6 sur l'échelle ouverte de Richter se sont produits mercredi au large des côtes orientales du Japon, provoquant un tsunami de 10 à 20 centimètres sur le littoral. Aucun dégât majeur n'a été signalé.

L'Agence météorologique japonaise a fait état d'une première forte secousse de magnitude 6,8 à 18h09 (10h09 en Suisse) à 210 kilomètres des côtes nord-est. L'hypocentre du séisme se trouvait à une profondeur de 10 kilomètres seulement. Elle a déclenché une mise en garde contre un risque de tsunami modéré d'une hauteur maximale de 50 cm dans les préfectures d'Aomori, d'Iwate et de Hokkaïdo.

Trois heures après cette première secousse, un second tremblement de terre assez puissant, de magnitude 6,1 selon l'agence, s'est déclenché au large de la côte orientale de la grande île de Honshu, mais cette fois à quelques dizaines de kilomètres seulement de la terre ferme.

Les immeubles tremblent à Tokyo

Son épicentre a été mesuré dans l'océan Pacifique, près de la préfecture de Chiba. Là aussi, l'hypocentre du séisme était proche de la surface, à environ une dizaine de kilomètres de profondeur.

Ce second tremblement de terre a été fortement ressenti non seulement à Chiba, mais aussi à Tokyo, où les immeubles ont tremblé, dans toute la mégapole de la capitale nippone et, au-delà, dans l'ensemble de l'est de l'île de Honshu. Aucun avertissement anti-tsunami n'a en revanche été émis cette fois.

Les compagnies d'électricité exploitant les centrales nucléaires de ces régions ont affirmé que les sites, où aucun réacteur n'est actuellement en opération, n'avaient pas subi de dommages particuliers, y compris la centrale Fukushima Daiichi accidentée depuis l'an passé.

ATS