Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tokyo - Le Premier ministre japonais de centre-gauche Yukio Hatoyama a annoncé sa démission après avoir atteint un niveau d'impopularité impressionnant en moins de neuf mois à la tête du pays. Il s'agit du quatrième chef de gouvernement à interrompre son mandat en moins de quatre ans au Japon.
L'actuel vice-Premier ministre et ministre des Finances, Naoto Kan, 63 ans, apparaît comme le candidat le mieux placé pour succéder à M. Hatoyama, d'après les médias.
Lors d'une réunion des principaux responsables de sa formation, le Parti Démocrate du Japon (PDJ), M. Hatoyama, 63 ans, a déclaré qu'il avait également demandé la démission du secrétaire-général du parti, le tout-puissant Ichiro Ozawa, inquiété à plusieurs reprises par la justice pour financement occulte.
"Le travail du gouvernement n'a pas été bien compris du public. Nous avons perdu son écoute", a-t-il reconnu. Il a cité deux raisons à son départ: la gestion désastreuse du déménagement de la base américaine de Futenma sur l'île d'Okinawa et les scandales de financement occulte qui ont également éclaboussé son entourage.
Selon l'agence de presse Jiji, le PDJ devrait se réunir vendredi pour élire un nouveau président, qui sera ensuite soumis au vote des deux Chambres du Parlement.
La pression montait depuis plusieurs jours sur M. Hatoyama, dont la cote de popularité avait chuté en dessous des 20% d'opinions favorables.
Plusieurs responsables du PDJ réclamaient son départ afin de sauver les chances des candidats de la majorité aux élections sénatoriales du 11 juillet.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS