Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur de Tokyo a mis en examen mercredi le spécialiste japonais des appareils photo Olympus et trois de ses anciens dirigeants. Ils sont impliqués dans un scandale financier autour de la dissimulation d'une perte de plus d'un milliard d'euros.

La décision a été prise à l'issue de la période de détention de 20 jours de l'ancien président Tsuyoshi Kikukawa, soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans le maquillage des comptes de la compagnie, et ce depuis les années 1990.

Plainte

Le procureur a estimé que M. Kikukawa, 70 ans, son ancien bras-droit, Hisashi Mori, 54 ans, et l'ancien contrôleur de gestion Hideo Yamada, 67 ans, ainsi que trois conseillers financiers extérieurs à l'entreprise, avaient pris part à cette conspiration. Le même chef d'inculpation a été prononcé à l'encontre d'Olympus en tant que société.

Le parquet a par ailleurs ordonné la remise en détention des trois ex-dirigeants d'Olympus - arrêtés une première fois le 16 février - et de l'un des conseillers financiers, Akio Nakagawa, pour avoir menti dans des documents financiers en 2008, 2009 et 2011.

Mardi, la Commission japonaise de contrôle des opérations en Bourse (SESC) a porté plainte auprès du Procureur de Tokyo pour violation présumée des règles de fonctionnement du marché boursier.

ATS