Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En chute de popularité et sous pression, le premier ministre japonais Yoshihiko Noda a largement remanié lundi son gouvernement avant des élections législatives. En plein conflit diplomatique avec Pékin, il a nommé une personnalité proche de la Chine.

C'est le troisième remaniement depuis l'arrivée de M. Noda à la tête du gouvernement en septembre 2011. Avec dix nouveaux titulaires sur 18 membres, dont un nouveau grand argentier et une ancienne cheffe de la diplomatie réputée pour son franc-parler, il espère redorer son blason auprès des Nippons.

Ces derniers sont déjà lassés, selon les sondages, du Parti Démocrate du Japon (PDJ) après trois ans de pouvoir.

Scrutin en novembre

M. Noda, qui a été récemment réélu chef du PDJ (centre-gauche), veut mettre sa majorité en ordre de marche à l'approche d'un scrutin qu'il aborde en position difficile. Depuis l'annonce d'une hausse de la taxe sur la consommation, sa cote de popularité est par ailleurs en baisse.

Afin d'obtenir l'adoption au début août de cette loi controversée, M. Noda a en effet promis au principal mouvement d'opposition de droite, le Parti Libéral-Démocrate (PLD), qu'il convoquerait des élections législatives anticipées "dans un proche avenir". Le scrutin pourrait avoir lieu en novembre.

Le PLD a lui le vent en poupe depuis la récente élection à sa tête du "faucon" Shinzo Abe. Il devrait redoubler sa pression sur le premier ministre pour qu'il annonce rapidement un calendrier.

Geste de bonne volonté

En plein conflit diplomatique avec Pékin autour de la souveraineté sur des îles de mer de Chine orientale, le titulaire des Affaires étrangères, Koichiro Gemba, et celui de la Défense, Satoshi Morimoto, ont conservé leur poste.

Mais la nomination de Makiko Tanaka au ministère de l'Education a été perçue par la presse nippone comme un geste de bonne volonté à l'égard de Pékin.

Réputée pour sa sympathie à l'égard du monde chinois, elle est la fille de Kakuei Tanaka, le premier ministre japonais qui avait orchestré la normalisation des relations diplomatiques avec la Chine il y a exactement 40 ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS