Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Strasbourg - La Cour européenne des droits de l'homme a débouté Jean-Marie Le Pen. Le président du Front national s'était plaint d'une atteinte à sa liberté d'expression après avoir été condamné en France pour des propos hostiles aux musulmans.
Il avait été condamné en 2005 à 10'000 euros d'amende. "Le jour où nous aurons en France non plus 5 millions mais 25 millions de musulmans, ce sont eux qui commanderont (...) et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux, et vous n'avez plus qu'à filer, sinon vous prenez une trempe", avait affirmé M. Le Pen.
Il avait été condamné en 2008 à la même peine pour avoir commenté ces propos en les réitérant dans l'hebdomadaire d'extrême droite "Rivarol".
"Les motifs de la condamnation du requérant qu'ont retenus les juridictions internes sont pertinents et suffisants", estime la Cour européenne, qui ne juge pas nécessaire de poursuivre l'examen de l'affaire sur le fond.
"Les propos de M. Le Pen étaient assurément susceptibles de donner une image inquiétante de la 'communauté musulmane' dans son ensemble, pouvant susciter un sentiment de rejet et d'hostilité", ajoute-t-elle.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Teaser Longform The citizens' meeting

Teaser Longform The citizens' meeting

1968 en Suisse

ATS