Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean-Marie Le Pen sera de nouveau jugé en correctionnelle pour avoir réaffirmé en avril dernier que les chambres à gaz étaient "un détail" de la 2e Guerre mondiale, a-t-on appris vendredi de source judiciaire. La date du procès n'a pas encore été fixée.

Le cofondateur du Front national (FN) est cité à comparaître devant la 17e chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Paris pour "contestation de crime contre l'humanité". Le 2 avril dernier, sur BFM TV et RMC Info, Jean-Marie Le Pen avait maintenu ses propos sur les chambres à gaz qui lui ont déjà valu cinq condamnations depuis 1987. A cette date, il avait déclaré: "Je n'ai pas étudié spécialement la question, mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Deuxième Guerre mondiale".

Il avait réitéré ses déclarations en 1997 à Munich, en 2008 dans un magazine et en 2009 au Parlement européen. "Je les maintiens parce que je crois que c'est la vérité et que cela ne devrait choquer personne", avait expliqué le député européen en avril dernier.

"On a instrumentalisé cette affaire contre moi en y introduisant un soupçon d'antisémitisme, alors que je mets au défi quiconque de citer une phrase antisémite dans ma vie politique", avait-il ajouté.

A la suite des derniers dérapages de Jean-Marie Le Pen, lui et sa fille sont entrés dans une guerre politico-familiale ouverte. La présidente du FN a fait suspendre son père du mouvement, mais ce dernier a obtenu l'annulation de cette décision par la justice.

ATS