Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jean Serge Bokassa (en T-shirt noir) était le fils de l'ancien empereur de Centrafrique Jean-Bédel Bokassa (archives).

KEYSTONE/AP/JEROME DELAY

(sda-ats)

La présidence centrafricaine annonce le limogeage du gouvernement du ministre Jean Serge Bokassa, poids lourd de la politique centrafricaine et fils de Jean-Bédel Bokassa, président puis empereur de Centrafrique (1966-1979). Son remplaçant n'est pas encore connu.

La présidence a limogé Jean Serge Bokassa, qui occupait le poste de ministre de l'Administration du territoire, en raison notamment de ses absences répétées au conseil des ministres.

Cet ex-ministre de l'Intérieur et héritier de Bokassa avait aussi émis publiquement de nombreuses critiques à l'encontre de l'installation d'une base militaire occupée par des instructeurs russes dans l'ancienne demeure de l'empereur Bokassa.

La presse centrafricaine a fait écho de tensions plus anciennes entre Jean Serge Bokassa et l'actuel président, Faustin-Archange Touadéra.

Tensions

En août 2017, le gouvernement centrafricain avait intégré plusieurs ex-chefs de la Séléka, la rébellion qui avait renversé en 2013 le président François Bozizé.

L'Etat centrafricain ne contrôle qu'une maigre partie de ce pays enclavé d'Afrique centrale où plus de la moitié de la population, estimée à 5 millions d'habitants, a besoin d'une aide humanitaire, selon l'ONU.

Aujourd'hui, les groupes armés s'affrontent dans les provinces pour le contrôle du diamant, de l'or et du bétail. La capitale, Bangui, connaît depuis plusieurs jours un regain de tension avec des affrontements entre les forces de sécurité (nationales et onusiennes) et des individus affiliés à des milices.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS