Toute l'actu en bref

Deux passagers du car postal ont perdu la vie dans la collision survenue le 11 novembre 2014 entre Lengnau/AG et Endingen/AG (archives).

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

Responsable de la collision mortelle entre son camion et un car postal en 2014 entre Lengnau et Endingen (AG), un jeune chauffeur écope d'une peine de 2 ans avec sursis. Il est reconnu coupable d'homicide par négligence et de lésions corporelles graves par négligence.

Le Tribunal de district de Zurzach (AG) a également retenu contre l'accusé âgé de 25 ans le chef d'accusation de non-maîtrise du véhicule. Il assortit la peine d'une amende de 5000 francs.

Accident évitable

Selon les juges, le chauffeur de camion disposait d'une formation suffisante pour se comporter correctement dans une situation délicate. Il aurait été possible d'éviter l'accident, a commenté le président du tribunal lors de l'énoncé du jugement.

La Cour ainsi a suivi le réquisitoire du procureur sur toute la ligne. L'avocate de la défense avait, elle en revanche, demandé que la peine ne dépasse pas 240 jours-amende à 100 francs et une amende de 2000 francs. Elle estimait que son client avait simplement agi par réflexe pour ramener sur la chaussée son convoi qui roulait en partie dans l'herbe.

Deux morts, quatre blessés graves

Le 11 novembre 2014, peu avant 06h00, le chauffeur poids lourd, alors âgé de 22 ans, chemine à 78 km/h sur la route cantonale entre les localités argoviennes de Lengnau et d'Endingen. Dans un long virage, il s'aperçoit soudain que les roues droites de son convoi à remorque sont sorties de la chaussée et roulent en partie sur l'herbe qui longe la route.

Il corrige alors sa trajectoire en se déportant en partie sur la piste de gauche, destinée au trafic en sens opposé. Son but: ramener le camion et sa remorque entièrement sur la chaussée. C'est alors que le véhicule de 25 tonnes percute latéralement le car postal qui arrive en sens opposé, avant d'entrer en collision frontale avec la voiture qui suivait.

Deux passagers du bus meurent dans l'accident: une jeune femme de 18 ans et un jeune homme de 24 ans qui venait de se marier et de devenir papa. Deux autres occupants du car sont grièvement blessés, de même que les deux jeunes occupants de la voiture. Le chauffeur du car postal et le conducteur du camion s'en sortent indemnes.

Regrets du bout des lèvres

"Tout est allé si vite...", a déclaré, discret et embarrassé, le prévenu lors de son procès, avant d'ajouter qu'il ne se souvenait plus des détails de l'accident. Face à l'expertise sur les circonstances du drame, il a reconnu sa faute sans répondre formellement des détails de ses actes: "il est possible que j'aie agi de cette manière".

Le jeune accusé ne s'est adressé aux familles des victimes et aux blessés que peu avant le procès, en leur envoyant une petite carte avec ces mots: "Je suis désolé de ce qui s'est passé.". Face cette empathie arrachée du bout des lèvres, une avocate des parties civiles a demandé en vain une peine de 3 ans de prison, assortie d'un sursis partiel uniquement.

Après l'accident, le jeune accusé, qui conduit aussi des camions à l'armée, a dû rendre son permis de conduire pour six mois. Entretemps, il a changé d'employeur et travaille désormais pour un autre transporteur.

ATS

 Toute l'actu en bref