Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Pour son projet, la gymnasienne genevoise Julia Gosse a cloné un de ses gènes. Elle représentera la Suisse au London International Youth Science Forum.

La Science appelle les jeunes

(sda-ats)

Grâce à son projet de clonage d'un de ses gènes, une gymnasienne genevoise a impressionné samedi le jury du concours national de La Science appelle les jeunes. En plus de la mention "excellent", elle a reçu un prix spécial. Quatre autres Romands ont été primés.

La Genevoise Julia Gosse a cloné l'un de ses gènes afin d'explorer les enjeux éthiques et éducatifs d'une telle démarche. Son travail particulièrement novateur et original lui permettra de représenter la Suisse au London International Youth Science Forum (LIYSF), un événement scientifique prestigieux réunissant des jeunes de tous les continents, indique samedi la fondation La Science appelle les jeunes.

Julia Gosse fait partie des meilleurs jeunes primés samedi à la Haute Ecole d'ingénierie de Brugg-Windisch (AG), dans le cadre du 50e concours national de La Science appelle les jeunes. Les 93 talents en herbe, âgés entre 14 et 18 ans, y ont présenté au jury leurs travaux portant sur des sujets très variés et originaux.

Phagothérapie et sommeil

Parmi les autres participants romands, Dorian Garin, du collège Emilie Gourd à Genève, a lui analysé des bactériophages de l'Arve. Il a démontré leur capacité à éliminer des bactéries résistantes aux antibiotiques. Son travail sur le potentiel de la phagothérapie lui a valu la mention "très bien".

Dotées de la même distinction, les Vaudoises Léa Ruffieux et Aline Sadowski se sont penchées sur les habitudes de sommeil de leurs camarades du gymnase de Morges. Elles ont étudié les conséquences psychologique et cognitive du manque de sommeil observé.

Sous la loupe du Chaux-de-Fonnier Théo Bloudanis, le combat politique de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela. Il a analysé sa lutte à la lumière des comportements archétypiques humains représentés dans les mythes gréco-romains. Le jury a attribué à l'étudiant du lycée Blaise-Cendrars à Neuchâtel la mention "très bien".

70'000 francs à la clé

Ces 93 graines de la science, venant de 19 cantons, sont pour la plupart des gymnasiens. Dix suivent un apprentissage. Le jury a jugé "excellent" le travail de 24 participants, tandis que 45 obtiennent "très bien" et 24 "bien". Ces différentes mentions sont dotées de prix en espèces d'une valeur d’environ 70'000 francs.

Le jury a encore récompensé les travaux les plus novateurs, dont celui de la Genevoise Julia Gosse, par 18 prix spéciaux. Les jeunes concernés par ce cachet peuvent notamment participer à un forum scientifique international à Londres, à des concours internationaux en Europe, en Asie ou aux Etats-Unis, ou assister à la cérémonie de remise des prix Nobel à Stockholm.

Pour participer au concours, les scientifiques en herbe ont dû soumettre en octobre un travail réalisé durant leur scolarité. Si le choix du sujet est totalement libre, le projet doit contenir un problème scientifique traité de manière méthodique. Les jeunes chercheurs ont été encadrés par des experts bénévoles dans le domaine choisi.

A la mi-janvier, lors du lancement du concours, 107 participants sur 143 avaient été retenus par le jury, après une première présentation des projets.

ATS