Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon un sondage, la loi sur les jeux d'argent a été largement acceptée par les sympathisants de tous les grands partis ainsi que par toutes les classes d'âge (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les appels de certains partis à rejeter la loi sur les jeux d'argent sont restés lettre morte auprès de leur base. Les partisans de tous les grands partis ont largement approuvé dimanche le projet. Le conflit de générations annoncé ne s'est pas produit.

Près de trois quarts (72%) des 18-34 ans ont glissé un "oui" dans l'urne, selon un sondage post-électoral publié mardi par Tamedia. La fronde contre cette loi avait pourtant été lancée par plusieurs jeunesses de partis.

Le PLR, les Vert'libéraux, les Verts et le PBD avaient également appelés à voter "non", un appel sans grand écho. Près de trois quarts (74%) des sympathisants du PLR et 70% de ceux des Verts ont approuvé la nouvelle loi. Au niveau national, le "oui" l'a emporté à 72,9%.

Côté arguments, c'est le fait que tous les prestataires de jeux d'argent paieront une taxe d'utilité publique qui a fait le plus mouche chez les partisans. Ceux qui ont glissé un "non" dans l'urne l'ont fait principalement parce qu'ils considéraient les blocages des sites basés à l'étranger comme une atteinte grave à la liberté de l'économie et de l'information.

Non au financements étrangers

Durant la campagne, la question du soutien financier apporté au référendum par des prestataires étrangers a été thématisée. Près de deux tiers des personnes interrogées se montrent critiques par rapport à cette pratique et seraient favorables à une interdiction de financements étrangers pour les référendums.

Quant au blocage de sites, une personne sur quatre s'attend à ce qu'il concerne bientôt les portails de téléchargement et de streaming; l'industrie de la musique et du cinéma faisant valoir des atteintes au droit d'auteur. A l'inverse, près de la moitié des sondés estime que ce ne sera pas le cas.

Le sondage a été réalisé en ligne entre le 8 et le 10 juin sur les plateformes des titres de Tamedia. 7'738 personnes de toute la Suisse y ont pris part. Les données ont été pondérées en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques. La marge d'erreur est de +/- 3,4 points de pourcentage.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS