Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - Le rêve olympique est désormais partagé par cinquante joueurs. Pierluigi Tami a communiqué une première liste pour le tournoi des Jeux olympiques de Londres auquel la Suisse participera.
Le coach de l'équipe olympique devra annoncer le nom des dix-huit sélectionnés au plus tard le 6 juillet. Comme ce tournoi olympique, qui se disputera du 26 juillet au 11 août, n'est pas "protégé" par la FIFA, la tâche de Pierluigi Tami s'annonce fort compliquée.
Les cinquante présélectionnés ont confirmé par écrit leur désir de participer aux Jeux. Leurs clubs respectifs ont accepté qu'ils figurent sur cette liste. Mais un tel accord ne signifie en aucun cas qu'ils libéreront leurs joueurs en juillet prochain.
"J'entends m'appuyer sur l'ossature de l'équipe actuelle des M21 et sur celle de l'équipe qui a pris la deuxième place de l'Euro M21 en juin dernier au Danemark", explique le Tessinois. Le réglement l'autorise à retenir dans sa sélection trois joueurs nés avant le 1er janvier 1989. On en trouve onze dans la première liste des cinquante. Une liste qui a été communiquée à Swiss Olympic ce vendredi. Les dix-huit sélectionnés devront obligatoirement être issus de cette liste.
Pierluigi Tami a retenu trois titulaires indiscutables de l'équipe A qui sont nés après la date imposée par le CIO: Diego Benaglio, Philippe Senderos et Valon Behrami. "Je veux laisser toutes les options ouvertes, explique-t-il. Senderos et Behrami sont des leaders naturels qui peuvent apporter énormément à une telle sélection. Quant à Benaglio, il est le no 1 du pays. Pourquoi se priver d'un tel joueur si Yann Sommer ne pouvait être retenu?"
Grand artisan de la conquête de l'argent au Danemark, le portier du FCB risque bien en effet de ne pas être libéré par son club. Le FC Bâle jouera, en effet, le tour préliminaire de la Ligue des Champions durant les Jeux de Londres. On voit mal les dirigeants du FCB se tirer une balle de pied en laissant leur gardien à la disposition de l'équipe olympique.
"Il faut trouver des compromis, lâche Pierluigi Tami, qui espère que Bâle libérera au moins un ou deux de ses joueurs.

ATS