Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le chef du Département fédéral de l'économie (DFE) Johann Schneider-Ammann met en garde quant à l'introduction d'eurobonds. Dans une interview à la "Sonntagszeitung", il suggère à l'UE "d'investir deux tiers dans l'avenir" et d'utiliser le dernier tiers à "régler les erreurs du passé".

Aux yeux du conseiller fédéral, les récentes propositions du président français François Hollande vont "dans la bonne direction". Ce dernier veut mettre à disposition cet argent pour stabiliser la conjoncture en favorisant la croissance. "Discipline et croissance durable sont en jeu", estime M. Schneider-Ammann.

Selon lui, la Suisse a sa propre recette à livrer en investissant dans la formation et dans l'innovation, tout en gardant un oeil sur sa dette publique grâce à son système de frein à l'endettement.

"Dangereux"

Un système basé sur la mutualisation des dettes est "dangereux", estime M. Schneider-Ammann. Il affaiblit les économies publiques fortes, selon lui, et laisse les économies faibles croire qu'avec discipline et efficacité elles pourront redresser la barre.

"Je considère l'actuel consentement de la chancelière allemande Angela Merkel pour une union fiscale comme un genou à terre et une option à peine tenable", estime le conseiller fédéral. Selon lui, les difficultés et les problèmes devraient même empirer.

Cependant, M. Schneider-Ammann ne croit pas non plus à un "scénario catastrophe avec un effondrement de la zone euro". Selon lui, les États concernés "ne peuvent pas se le permettre".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS