Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Colombie a célébré lundi une "Journée de la mémoire et de la solidarité". La commémoration a été organisée pour la première fois en hommage aux victimes du conflit interne, déclenché il y a plus d'un demi-siècle dans le pays latino-américain.

La date a été retenue en référence à l'assassinat du leader de gauche Jorge Eliecer Gaitan. Sa mort, survenue le 9 avril 1948, a marqué le début de l'époque dite de "la Violence", avec une série d'exactions à Bogota, puis la naissance d'un conflit armé toujours ouvert avec les guérillas.

Millions de déplacés

Le chef de l'Etat Juan Manuel Santos a présidé à Villavicencio (sud) une cérémonie consacrée au plan de restitution de terres, spoliées par les bandes criminelles depuis une vingtaine d'années.

En 2010, le gouvernement a adopté une loi visant à rendre près de deux millions d'hectares de terre aux paysans, chassés notamment par les milices paramilitaires d'extrême droite, en lutte contre les guérillas communistes. On estime à quelque 4,2 millions le nombre de personnes déplacées.

Autres cérémonies

Depuis l'entrée en vigueur de la loi le 1er janvier, 441'000 réclamations ont été déposées, a annoncé M. Santos. Toutefois, une dizaine de leaders paysans ont été assassinés en un an et demi par les bandes criminelles issues des milices officiellement dissoutes depuis 2006.

D'autres cérémonies ont été organisées dans le cadre de cette journée. A Bogota, des photos de victimes du conflit ont été exposées dans les rues tandis qu'à Medellin, des proches de personnes disparues, arborant un carton portant leur nom, ont participé à une messe.

ATS