Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Journées du réfugié 2012 et leurs diverses animations ont démarré samedi, alors que le Conseil national vient de miser sur un durcissement de la loi sur l'asile. Organisations d'entraide et communautés religieuses appellent à l'échange et à la solidarité.

Les réfugiés et les personnes admises à titre provisoire en Suisse apportent une précieuse contribution à la société, souligne l'Organisation suisse d'aide aux réfugiés (OSAR) sur son site Internet. Il s'agit de rendre hommage à ces apports positifs.

Les festivités sont marquées par le tour de vis voté au National. Les organisateurs espèrent "que les gens participeront massivement et montreront ainsi leur désaccord", a dit à l'ats Beat Meiner, secrétaire général de l'OSAR.

Des animations sont organisées dans plus de 200 villes et communes: discours, repas en commun, lectures, spectacles, musique, ou encore "cercles de silence" comme à Berne ou à Vevey (VD) par exemple. Ce type d'action se veut un témoignage silencieux représentant un appel à davantage d'humanité envers les sans-voix.

Communautés religieuses aussi

Quant aux communautés religieuses, elles se sont unies pour livrer un appel à l'occasion du sabbat des réfugiés et du dimanche des réfugiés, qui ont toujours lieu en parallèle à ces Journées.

Si l'hospitalité présente "le risque d'inviter à laisser entrer la mauvaise personne" et peut susciter la méfiance, le risque est plus grand encore de claquer la porte au nez d'un être humain bienveillant, expliquent en substance la Conférence des évêques suisses (CES), la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI) et l'Eglise catholique-chrétienne de la Suisse (ECCS).

La FEPS ne fait pas de politique partisane mais se préoccupe du respect de la dignité humaine. A ce titre, la perspective de voir appliquer uniquement l'aide d'urgence aux requérants d'asile, et celle de voir disparaître la possibilité de demander l'asile dans une ambassade suisse, lui font particulièrement souci.

ATS