L'enquête progresse sur l'agression à Genève d'un journaliste de la RTS qui rendait compte d'une manifestation d'opposants au président camerounais Paul Biya. Six personnes, membres du service de sécurité du dirigeant africain, ont été interpellées mardi.

Ces personnes, cinq hommes et une femme, ont été entendues et cinq d'entre elles ont été mises à la disposition de la justice genevoise. La femme, porteuse d'un passeport diplomatique, a été libérée, a fait savoir mercredi dans un communiqué le Ministère public genevois.

Le journaliste de la RTS avait été molesté alors qu'il suivait, le 26 juin dernier, une manifestation d'opposants au président camerounais Paul Biya. Le reporter avait été légèrement blessé. Il avait été délesté de son matériel professionnel et de ses effets personnels, de son porte-monnaie et de son téléphone notamment.

Le journaliste a déposé une plainte pénale le jour même de l'agression. La police judiciaire a mené l'enquête, la conduisant à identifier six personnes. Les prévenus, qui ont été entendus et confrontés les uns aux autres mercredi, bénéficient de la présomption d'innocence, a rappelé le Ministère public.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.