Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Selon le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, au moins 20'000 lois devront être amendées en Grande-Bretagne avant que le pays ne puisse sortir du bloc européen.

KEYSTONE/AP/VIRGINIA MAYO

(sda-ats)

Il faudra plus de deux ans pour convenir des dispositions sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. C'est ce qu'a estimé jeudi soir le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

"Je ne pense pas (...) que nous réussirons en 24 mois à conclure les arrangements pour la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE et à (forger) toute la relation entre la Grande-Bretagne et le continent européen", a-t-il déclaré dans un discours en marge de la Conférence de Munich sur la politique de sécurité.

La Première ministre britannique, Theresa May, entend invoquer en mars l'article 50 du traité de Lisbonne. Celui-ci déclenchera les négociations de divorce avec l'Union européenne, susceptibles de durer jusqu'à deux ans selon le traité.

Selon le président de la Commission européenne, au moins 20'000 lois devront être amendées en Grande-Bretagne avant que le pays ne puisse sortir du bloc européen. Le Royaume-Uni n'aura pas le droit de conclure des accords commerciaux bilatéraux tant qu'il restera dans l'UE, a-t-il ajouté.

"Les accords commerciaux sont l'attribution de l'UE (...) la Grande-Bretagne ne peut conclure d'accords commerciaux avec la moitié du monde - bien qu'elle soit en train de faire le contraire", a-t-il déclaré.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS