Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s'est exprimé devant un hémicycle désert au Parlement européen européen à Strasbourg.

KEYSTONE/EPA/PATRICK SEEGER

(sda-ats)

"Le Parlement européen est ridicule", a déclaré mardi Jean-Claude Juncker. Le président de la Commission était furieux de s'exprimer devant un hémicycle désert à Strasbourg pour un débat sur le bilan de la présidence maltaise de l'Union.

"Le Parlement européen est ridicule, très ridicule. Je salue ceux qui se sont donné la peine d’être en salle mais le fait qu’une trentaine de députés (sur 751-NDLR) assistent à ce débat démontre à suffisance que le Parlement n’est pas sérieux", a lancé l'ancien Premier ministre luxembourgeois.

"Si M. Muscat (Premier ministre de Malte) était Mme Merkel (chancelière allemande), (...) M. Macron (président français), ce serait ‘full house’ (complet) ", a-t-il poursuivi. Il a été interrompu par Antonio Tajani, le président du Parlement.

Faire preuve de "plus de respect"

"Je vous prie de faire preuve d’un peu plus de respect, M. le président. Ce n’est pas la Commission qui doit contrôler le Parlement, c’est le Parlement qui doit contrôler la Commission", lui a dit l'ancien proche de Silvio Berlusconi.

Les deux hommes, membres du même groupe politique, le Parti populaire européen, ont prolongé l'affrontement par une deuxième passe. L’un a répété que le Parlement était "ridicule", l’autre l'a coupé en le priant d’user d’un "autre langage".

"Je ne participerai plus jamais à une réunion de ce type", a dit Jean-Claude Juncker. Il a conclu par une phrase de remerciement à Malte pour l’important travail réalisé par ce "petit pays" de la taille du Luxembourg.

ATS