Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une cinquantaine d'oiseaux, essentiellement des corneilles, ont été retrouvés morts près d'un centre d'élimination des déchets dans le Jura bernois, entre Tavannes et Le Fuet. Les causes de l'hécatombe de volatiles ne sont pas connues mais le froid est hors de cause.

"Les cadavres ont été conduits à Berne afin d'y être analysés", a expliqué mardi à l'ats Nicolas Kessler, porte-parole à la police cantonale bernoise, revenant sur une information publiée dans "Le Journal du Jura". Dans l'attente de ces résultats, la police ne privilégie aucune piste.

Une cinquantaine de corneilles et de corbeaux ainsi que deux buses ont été découverts morts ou agonisants dimanche près de la décharge de Celtor. Les installations de ce centre de traitement des déchets attirent de nombreux oiseaux qui peuvent percer des sacs d'ordures pour en manger le contenu.

Pas le froid

Seule certitude, le froid n'est pas la cause de cette hécatombe. "Les animaux indigènes sont parfaitement habitués à ces températures extrêmes", a expliqué Louis Tschanz, garde-faune dans le Jura bernois, cité par "Le Journal du Jura". La vague de froid ne saurait donc expliquer une ampleur aussi massive de décès.

Il ne s'agit pas non plus d'une campagne d'empoisonnement décidée par l'Etat comme ce fut le cas il y a plusieurs années pour réduire la population des corneilles, a ajouté la police cantonale. En 2005, le canton avait mis fin à l'empoisonnement des corneilles noires pour protéger les cultures. Cette campagne ciblée avait soulevé une vive polémique.

ATS