Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Douchanbé - Un hélicoptère de la garde nationale tadjike s'est écrasé mercredi au Tadjikistan, tuant quatre soldats selon un communiqué officiel. Des sources militaires évoquaient des bilans bien plus lourds allant jusqu'à 25 tués.
"Un hélicoptère Mi-8 de la garde nationale tadjike s'est écrasé dans l'est du pays. Quatre membres d'équipage ont été tués et trois autres blessés", a annoncé la garde nationale dans un communiqué.
L'appareil devait atterrir dans la vallée de Racht, où les forces tadjikes mènent une vaste opération militaire contre des insurgés islamistes, déclare le communiqué.
Selon la garde nationale, il a percuté une ligne de haute tension et s'est écrasé dans une rivière alors qu'il était sur le point de se poser sur un terrain d'atterrissage à Racht.
L'hélicoptère volait de Douchanbé à la vallée de Racht, à environ 200 kilomètres à l'est de la capitale.
Une source militaire tadjike haut placée a elle déclaré à l'AFP sous le couvert de l'anonymat que le bilan réel du crash était de 25 tués, dont 18 membres de l'unité d'élite Alpha et sept membres de la garde nationale.
Cette source a par ailleurs avancé la possibilité que l'hélicoptère ait été abattu par des insurgés islamistes depuis l'un de leurs repaires dans les montagnes.
"Il est possible que les islamistes aient abattu le Mi-8 depuis les montagnes alors qu'il était près de se poser sur le terrain d'atterrissage de Racht", a dit cette source.
D'autres responsables militaires parlant sous le couvert de l'anonymat ont eux aussi déclaré que le bilan était beaucoup plus lourd que celui qui a été donné par la garde nationale.
Par ailleurs, sept membres de la garde nationale ont été tués dans un incident séparé suite à une erreur de manipulation d'un mortier dans la vallée de Racht, a indiqué une source haut placée au sein des forces armées.
Une insurrection islamiste semble gagner du terrain depuis plusieurs semaines au Tadjikistan, une ex-république soviétique d'Asie centrale voisine de l'Afghanistan. Les deux pays ont une frontière commune très poreuse longue de 1300 kilomètres.
En septembre, 28 militaires ont été tués dans une embuscade dans la vallée de Racht. Le Mouvement islamique d'Ouzbékistan (MIO), un groupe lié aux talibans et à Al-Qaïda, a revendiqué l'attaque. Lundi, cinq policiers d'une unité d'élite ont été tués lors d'affrontements avec des rebelles.
Le Tadjikistan, pays à majorité musulmane qui est le plus pauvre des Etats issus du démantèlement de l'URSS, a été déchiré par une guerre civile durant les années 1990.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS