Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les clandestins kosovars bénéficiaient de l'entraide de leurs compatriotes (photo symbolique)

KEYSTONE/AP/DARKO VOJINOVIC

(sda-ats)

Dix membres d'un vaste réseau européen de clandestins kosovars ont été condamnés lundi en France voisine à des peines d'un an de prison avec sursis à quatre ans de prison ferme. Le réseau, qui avait une ramification en Suisse, avait été démantelé en 2015.

Le tribunal correctionnel de Besançon, dans le Doubs, qui jugeait le volet français de l'affaire, a prononcé des peines de trois et quatre ans de prison ferme, avec interdiction définitive du territoire français, pour les trois principaux responsables kosovars du réseau.

Ils ont été reconnus coupables d'avoir orchestré depuis Besançon une filière européenne de transport illégal et d'aide au séjour de clandestins du Kosovo. Le passage d'un adulte en France était monnayé environ 2800 euros (environ 3000 francs), celui d'une famille 7000 euros (7500 francs).

Le parquet avait requis des peines allant de 18 mois à 5 ans d'emprisonnement. Depuis le début de l'enquête en juin 2014, plus de 70 suspects ont été interpellés en Europe (France, République tchèque, Autriche, Allemagne, Hongrie, Kosovo ou encore en Slovaquie), avait annoncé dans un communiqué l'Office européen des polices Europol, au moment du démantèlement du réseau.

Selon les investigations des polices européennes, ils s'occupaient notamment des rabatteurs au Kosovo et du transport en voiture particulière des migrants à destination de la France, de l'Italie, de l'Allemagne ou de la Suisse.

Aucune "mafia"

Devant le juge, Me Randall Schwerdorffer, l'avocat du principal prévenu, un homme âgé de 33 ans, a réfuté l'existence d'une "mafia". "Il n'y a pas de chef d'orchestre particulier, ce sont des compatriotes qui veulent gagner de l'argent", a-t-il plaidé.

L'avocat d'un autre prévenu, Me Enguerrand Bagot, a expliqué que son client était entré en France via cette filière en 2012, avant d'aider à son tour des Kosovars à pénétrer sur le territoire français. Outre le transport, le réseau aidait les clandestins pour les démarches administratives, les demandes d'asile et l'installation en Europe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS