Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le véhicule qui transportait le chef des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour, visé par un drone américain.

Keystone/AP/ABDUL SALAM KHAN

(sda-ats)

Le chef des talibans afghans, le mollah Akhtar Mansour, a été tué dans un raid américain au Pakistan, ont indiqué dimanche le gouvernement et les services de renseignement afghans. Les insurgés ont de leur côté gardé un silence total sur cette frappe.

"Le dirigeant taliban Akhtar Mansour a été tué dans une attaque de drone à Quetta, au Pakistan, à 4h30 hier. Son véhicule a été attaqué à Dahl Bandin", a écrit et confirmé le premier ministre Abdullah Abdullah dans un tweet.

A la tête des talibans depuis l'été dernier et l'annonce de la mort du mollah Omar, le fondateur des talibans afghans, le mollah Mansour "a été tué dans une frappe de drone hier (...) au Baloutchistan", une province du sud-ouest du Pakistan, avaient peu avant indiqué les services de renseignement afghans. "Il était surveillé depuis un certain temps", ont-ils ajouté.

Un coup sévère

Mais dans l'après-midi de dimanche, le site officiel des talibans ne faisait aucune mention d'une quelconque frappe contre leur leader. Zabiullah Moudjahid, leur porte-parole habituel, n'était pas joignable dans l'immédiat. Pour leur part, les autorités pakistanaises n'avaient pas réagi non plus dimanche.

La mort annoncée du mollah porte un coup sévère au mouvement islamiste qui doit faire face à l'éparpillement de ses troupes, dont certaines ont fait défection et rejoint les rangs du groupe Etat islamique (EI).

Un membre de la "choura de Quetta", le Conseil de direction des talibans afghans, joint par l'AFP a indiqué qu'il n'arrivait plus à joindre le mollah Mansour depuis samedi soir: "On ignore si quelque chose de grave lui est arrivé ou s'il a éteint son portable par crainte d'une attaque".

"Menace imminente"

Le bombardement a été mené à l'aide de plusieurs drones des forces spéciales américaines au Pakistan, dans une zone reculée, "au sud-ouest de la ville d'Ahmad Wal", selon un responsable américain. Selon cette source, le chef taliban a "probablement" péri dans cette frappe, autorisée par le président Barack Obama. Washington n'a informé Islamabad et Kaboul du raid qu'une fois celui-ci terminé, d'après un haut responsable de la Maison Blanche.

Le raid a "totalement détruit" la voiture dans laquelle circulaient deux individus dont les dépouilles sont "méconnaissables", a indiqué à l'AFP un responsable des services de sécurité pakistanais. Les deux cadavres ont été transférés vers un hôpital de Quetta, le chef-lieu de la province du Baloutchistan, a précisé un autre responsable.

En déplacement à Naypyidaw, la capitale birmane, le secrétaire d'Etat John Kerry a expliqué que le mollah Mansour avait été visé parce qu'il représentait "une menace imminente pour le personnel américain, les civils afghans et les forces de sécurité afghanes".

ATS