Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le parti du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev a remporté dimanche selon des sondages une victoire écrasante avec plus de 80% des voix aux élections législatives anticipées organisées un mois après un soulèvement social réprimé dans le sang. Les résultats officiels sont attendus lundi.

Le parti Nour Otan gagne avec 81% des voix, selon le sondage sortie des urnes de l'Institut de la démocratie (pro-pouvoir). Ak-Jol, présenté comme un parti d'opposition mais considéré comme proche du pouvoir, et les communistes pro-régime obtiennent chacun 7,3% des voix, dépassant ainsi la barre de 7% nécessaire pour entrer au Parlement.

Deux autres sondages annoncent aussi la victoire de Nour Otan avec plus de 80% et un résultat supérieur à 7% pour les deux autres partis.

Les premiers résultats officiels ne doivent pas être annoncés avant lundi matin dans cette ex-république soviétique d'Asie centrale d'environ 16 millions d'habitants, grande comme cinq fois la France et comptant deux fuseaux horaires. La participation a atteint 75,05%, en hausse par rapport aux dernières législatives en 2007 (64,56%).

Sept partis étaient en course

Sept partis ont participé à ces élections qui font suite à la dissolution du Majilis (chambre basse du Parlement) en novembre et dans lequel ne siégeait que le parti du président Nazarbaïev, Nour Otan.

Noursoultan Nazarbaïev a voté dans la matinée à Astana, la capitale qu'il a fait bâtir depuis 1998 grâce à la manne pétrolière kazakhe, estimant que ses concitoyens feraient le "bon choix". M. Nazarbaïev, 71 ans et au pouvoir depuis l'époque soviétique, a aussi assuré que "tout a été fait pour que les élections soient libres et honnêtes".

Pas démocratique

Dans la journée, le principal parti d'opposition, OSDP-AZAT a déploré dans un communiqué que ses observateurs n'aient pas eu accès à de nombreux bureaux de vote. Avant même le scrutin, l'opposition a dénoncé les manoeuvres du régime pour l'affaiblir, alors qu'aucune élection kazakhe n'a été reconnue comme démocratique par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

ATS