Navigation

Kazakhstan: anniversaires de la capitale et du président

Astana, ville aux gratte-ciel futuristes sortis des steppes par la volonté du président est devenue capitale du Kazakhstan en 1997 (archives). KEYSTONE/EPA/ZURAB KURTSIKIDZE sda-ats
Ce contenu a été publié le 06 juillet 2018 - 17:44
(Keystone-ATS)

Le Kazakhstan a célébré vendredi à la fois les 20 ans de sa capitale et les 78 ans de son dirigeant Noursoultan Nazarbaïev, par de fastueuses cérémonies. L'opposition en exil a appelé à manifester contre celles-ci.

L'anniversaire d'Astana a été retardé de quelques mois pour coïncider avec celui de M. Nazarbaïev qui avait lieu vendredi. La ville aux gratte-ciel futuristes sortis des steppes par la volonté du président est devenue la capitale du pays d'Asie centrale en 1997.

Des jeux nomades, comme le kok-bor où des dizaines de cavaliers se disputent le cadavre d'une chèvre fraîchement décapitée, et un festival de musique ont été organisées dans la ville d'environ 800'000 habitants.

D'abord nommée pendant un an Akmola, Astana a détrôné en 1997 l'ancienne capitale Almaty. Cette ville, située à 1000 km au sud, demeure malgré tout la plus grande ville et le coeur économique du Kazakhstan.

Nommé par Gorbatchev

Jeudi, Noursoultan Nazarbaïev a inauguré le Centre financier international d'Astana. Il espère ainsi stimuler les investissements dans le pays riche en hydrocarbures. Ce nouveau centre financier sera une structure de droit britannique et sera dirigé par Lord Harry Woolf, qui a exercé en tant que juge au Royaume-Uni, a annoncé M. Nazarbaïev.

L'opposant en exil et ancien ministre de l'Energie, l'oligarque Moukhtar Abliazov, a appelé à manifester en fin de journée. Au moins 30 protestataires qui tentaient de manifester avaient été interpellés le 23 juin par la police.

Détenteur du titre de "Père de la Nation" qui lui garantit l'immunité judiciaire et un rôle influent s'il se retirait de la présidence, M. Nazarbaïev exerce un contrôle total sur le Kazakhstan. Nommé à la tête de ce qui était alors une république soviétique en 1989 par le dernier dirigeant de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, il est resté au pouvoir après l'indépendance du pays en 1991, conservant son poste depuis plus d'un quart de siècle.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article