Navigation

Kenya: cinq tués dans une nouvelle attaque contre un village

Ce contenu a été publié le 24 juin 2014 - 11:25
(Keystone-ATS)

Au moins cinq personnes ont été tuées dans une nouvelle attaque nocturne contre un village de la côte kényane. Celle-ci a été perpétrée dans une zone où une soixantaine de personnes avaient péri mi-juin dans des raids similaires, revendiqués par les shebabs somaliens, a annoncé mardi une source policière locale.

Dans la nuit de lundi à mardi, "il y a eu une autre attaque, cinq personnes ont été tuées" dans un petit village près de la localité de Witu, situé à une vingtaine de kilomètres de Mpeketoni, a indiqué sous le couvert de l'anonymat un policier basé à Lamu, dont l'archipel touristique est à une quarantaine de kilomètres de Witu.

Lors d'un raid le 15 juin, une cinquantaine d'habitants avaient été tués dans la localité de Mpeketoni. Stephen Ikua, le préfet du canton de Lamu (sud-est), où est situé le village visé, a confirmé l'attaque mais n'a pas voulu donner de bilan dans l'immédiat.

Shebab

Les islamistes somaliens shebab, liés à Al-Qaïda, avaient revendiqué la double attaque nocturne de mi-juin qui avait fait au total une soixantaine de morts. Selon eux, ces opérations avaient été menées en représailles à l'intervention militaire kényane en Somalie.

Mais le président kényan Uhuru Kenyatta a démenti l'implication des shebab, attribuant les attaques à des "réseaux politiques locaux" liés à des "gangs criminels" et pointant du doigt, sans la nommer, l'opposition dirigée par Raila Odinga, son adversaire malheureux à la présidentielle de mars 2013.

Le Kenya a subi plusieurs attaques et attentats attribués aux shebab ou à leurs sympathisants depuis que son armée est entrée en Somalie en octobre 2011 pour y combattre les islamistes somaliens.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.