Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une touriste suisse a été grièvement blessée et son chauffeur tué sur le coup dans une attaque au Kenya vendredi. Cette agression allonge la liste des incidents impliquant des étrangers dans le pays. Mais la police ne la lie cette fois pas aux shebab somaliens.

Dans la voiture, il y avait deux ressortissants suisses, une femme et un homme, a indiqué à l'ats le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). La femme a été grièvement blessée et a été transportée à l'hôpital, a ajouté Stefan von Below, porte-parole. L'homme est indemne.

Les personnes concernées bénéficient du soutien de l'ambassade de Suisse à Nairobi en vertu de la protection consulaire, a précisé M. von Below.

Bandits locaux

"Selon l'information que nous avons, les agresseurs sont venus de la forêt et ont ouvert le feu sur le véhicule", a raconté un policier sous couvert de l'anonymat. Le véhicule a alors "accéléré et quelques mètres plus loin, un autre groupe, venant aussi de la forêt, lui a aussi tiré dessus, touchant mortellement le chauffeur".

Selon lui, l'incident, qui s'est produit près de la réserve nationale de Shaba, dans l'est du pays à quelque 250 km de la capitale Nairobi, serait l'oeuvre de bandits locaux.

Chasse à l'homme en cours

La région, qui comprend d'autres réserves réputées et des parcs nationaux, dont ceux de Samburu et de Buffalo Springs, est connu pour les attaques sporadiques de bandits et les conflits intercommunautaires.

"L'incident n'est pas lié aux (insurgés islamistes somaliens) shebab," a assuré le policier. La police kenyane a promis de poursuivre les auteurs de l'attaque. "Une chasse à l'homme est en cours", a précisé un chef de la police régionale, Mathews Ochola.

Il s'agit de la troisième attaque visant des touristes étrangers au Kenya depuis septembre. Ces violences, ainsi que le rapt de travailleurs humanitaires occidentaux, sont l'une des raisons qui ont poussé le Kenya à envoyer des soldats en Somalie pour combattre les rebelles islamistes shebab.

ATS