Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Etats-Unis ont de nouveau mis en garde samedi contre une menace "imminente" d'attentat au Kenya, cette fois dans la très touristique ville côtière de Mombasa. Washington a suspendu tout déplacement de responsables américains jusqu'à juillet.

"Tout le personnel administratif américain doit quitter Mombasa", a précisé l'ambassade des Etats-Unis à Nairobi. Elle a déjà émis plusieurs alertes sur le risque d'attaques "terroristes" au Kenya depuis que l'armée kényane est entrée dans le sud de la Somalie pour en déloger les islamistes shebab.

Ces derniers ont menacé de frapper le Kenya en représailles. Ce message intervient aussi alors que la police kényane a indiqué vendredi détenir deux Iraniens soupçonnés d'"activités terroristes". L'un a été interpellé mercredi à Nairobi, l'autre jeudi à Mombasa.

Produits chimiques

La police côtière a affirmé que leur interrogatoire a permis de mettre la main sur deux petits sacs de jute contenant des produits chimiques qui, selon elle, "servent à fabriquer des explosifs".

Plusieurs ressortissants étrangers soupçonnés de participation à la préparation d'attentats ou de liens avec les islamistes shebab, récemment intégrés à Al-Qaïda, sont recherchés par le Kenya ou ont été arrêtés et déférés devant la justice.

Parmi eux figure un réfugié politique résidant à Bienne (BE). Il a été inculpé début juin pour ses liens présumés avec les insurgés shebab. En contact avec Nairobi, l'Office fédéral de la police (fedpol) tente actuellement de récolter des données pour voir si les activités de l'accusé concernent aussi la Suisse.

Selon le site Internet de la RTS, les autorités suisses examinent la possibilité de ne pas renouveler le permis C du jeune Biennois d'origine jordanienne, un document qui serait arrivé à échéance.

ATS