Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités pakistanaises doivent combattre les mouvements islamistes qui menacent les intérêts afghans, indiens et américains, a déclaré John Kerry à Islamabad. Le secrétaire d'Etat américain a en outre rendu hommage aux victimes du massacre qui a fait 150 morts le 16 décembre dans une école militaire à Peshawar.

"Les mouvements terroristes tels que les talibans pakistanais et afghans, le réseau Haqqani, le Lashkar-e Taiba entre autres continuent à menacer le Pakistan, ses voisins et les Etats-Unis, et il est de notre responsabilité à tous de faire en sorte que ces groupes ne s'implantent pas, mais qu'ils soient au contraire relégués dans le passé. Cette tâche est évidemment loin d'être accomplie", a déclaré le chef de la diplomatie américaine.

John Kerry a rappelé que les Etats-Unis ont dépensé des milliards de dollars pour soutenir l'armée pakistanaise à combattre les insurgés. Un soutien supplémentaire de 250 millions de dollars (près de 254 millions de francs) sera fourni pour une aide humanitaire en faveur des populations déplacées en raison des conflits dans la région.

Opérations promises

Le Pakistan est soupçonné de longue date d'utiliser les groupes armés pour conserver une influence en Afghanistan et nuire à l'Inde. Après des années de pressions des Etats-Unis, l'armée pakistanaise a lancé un juin une vaste offensive au Waziristan du Nord.

En représailles, les talibans pakistanais du TTP ont attaqué le 16 décembre une école de Peshawar (nord-ouest) fréquentée principalement par des enfants de militaires, tuant 150 personnes, dont 134 écoliers.

Après cette attaque les autorités pakistanaises ont promis de ne plus faire de distinction entre "bons" et "mauvais" activistes et de mener des opérations contre les repaires islamistes sur la frontière afghane.

"Nous verrons dans les prochains jours, les prochaines semaines et les prochains mois de quelle nature et de quelle ampleur seront ces efforts", a commenté John Kerry. Selon lui, cette tragédie rappelle "qu'accorder aux extrémistes de l'espace et leur permettre d'agir dans cet espace comporte des risques graves".

Sept pendaisons

Mardi sept condamnés à mort ont été pendus portant à seize le nombre d'exécutions depuis la levée à la mi-décembre du moratoire sur la peine capitale. Selon Amnesty International (AI), 8000 condamnés à mort croupissent actuellement dans les prisons pakistanaises.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS