Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Bichkek - De nouveaux affrontements ont éclaté dans le sud du Kirghizstan, chassant vers l'Ouzbékistan tout proche des flots de réfugiés. Beaucoup accusent les forces régulières d'aider des bandes armées à commettre des massacres qui ont déjà fait au moins 124 tués et 1600 blessés.
Le gouvernement provisoire a admis qu'il peinait à contrôler la situation malgré la mobilisation de l'armée, l'instauration d'un couvre-feu et l'ordre donné aux forces régulières de tirer sans sommation.
"Il y a par endroits encore des affrontements. (...) Des groupes armés surgissent à un endroit puis un autre, nous n'avons pas assez de forces", a déclaré le chef-adjoint du gouvernement provisoire.
Les violences ont éclaté dans la nuit du 10 au 11 juin à Och, deuxième ville du pays, entre des Kirghiz et la minorité ouzbèke.
Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé l'envoi d'une aide d'urgence en Ouzbékistan pour venir en aide aux réfugiés qui sont, selon le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), quelque 80'000 en Ouzbékistan et 15'000 bloqués à la frontière.
Historiquement, les relations entre la minorité ouzbèke (15 à 20% de la population) et les Kirghiz sont tendues, notamment en raison de disparités économiques. De puissants groupes mafieux sont également actifs dans cette région.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS