Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Le président de l'Association des banquiers privés suisses, Konrad Hummler, en est convaincu: l'introduction d'un impôt libératoire avec la Grande-Bretagne et l'Allemagne est une bonne chose. Il se dit confiant quant aux négociations à venir, les grandes lignes ayant été fixées.
Tant Londres que Berlin ont un grand intérêt à ce que la place financière suisse se porte bien afin qu'ils puissent obtenir des fonds qui y sont placés des grosses sommes d'impôts, assure Konrad Hummler, interrogé ce samedi à la Radio alémanique DRS. C'est l'avantage par rapport au seul échange automatique de données, lequel "ne permet pas de prélever de l'argent d'un pays à un autre", affirme encore l'associé de la banque privée Wegelin.
Konrad Hummler dit être plus inquiet des plans des autorités américaines. Ceux-ci visent à assujettir au fisc des Etats-Unis toutes les sociétés et tous les individus dans le monde qui négocieraient ou possèderaient des titres américains.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS