Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les 153 cabanes du Club alpin suisse (CAS) ont enregistré 336'000 nuitées en 2011. Légèrement inférieur, de 0,6%, à celui de l'année précédente, ce résultat n'en est pas moins le quatrième meilleur de ces dix dernières années.

La saison d'été a été un peu moins bonne que d'habitude (- 4,9%). Elle reste néanmoins la période durant laquelle les cabanes du CAS sont les plus fréquentées, avec près des trois quarts des nuitées de l'année. Il faut savoir que l'été 2011 a été marqué par quatre semaines pluvieuses en plein milieu des vacances, note le CAS.

L'hiver a en revanche été profitable aux cabanes du CAS dont la fréquentation a augmenté de 14,6%. Sur l'ensemble de l'année, les cabanes des Grisons (+ 4,1%), de Suisse centrale (+ 0,5%) et orientale (+ 0,6%) ont connu une hausse du nombre de nuitées alors que celles de l'Oberland bernois (- 2,9%), du Valais (- 2,8%) et du Tessin (- 1,7%) ont fait face à une baisse.

Comme l'année précédente, la cabane du Mont-Rose reste la plus visitée avec plus de 11'200 nuitées (+ 5,6%). Elle est suivie de la Britannia, au-dessus de Saas-Fee (8115; - 2,4%) et de la Cabane des Dix, en Valais également (7934; - 5,2%).

Chiffre d'affaires

En 2011, les 153 cabanes du CAS ont réalisé un chiffre d'affaires de 26,8 millions, dont 7,4 millions (- 1,1%) pour les nuitées et 19,4 millions (- 0,2%) pour les consommations. Les investissements, avant tout pour l'entretien des cabanes, se sont montés à 3,8 millions de francs.

En 2012, ils atteindront 10,2 millions de francs, dont 2,4 millions à charge de l'association centrale. Le CAS prévoit de rénover complètement cinq cabanes, dont celle du Tracuit (VS) qui sera remplacée par un nouveau bâtiment.

Cette dernière souligne le problème posé par les cabanes de montagnes qui, dans certains cantons, sont assimilées à des entreprises de restauration de vallée. Avec des exigences toujours plus strictes, en particulier pour tout ce qui concerne l'hygiène alimentaire, la protection contre les tremblements de terre et les incendies ainsi que le traitement des eaux usées et l'énergie.

ATS