Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au premier semestre, les ventes de voitures d'occasion ont été 2,8 fois plus nombreuses que les immatriculations de véhicules neufs (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Les ventes de véhicules d'occasion ont marginalement progressé de 0,1% au premier semestre en Suisse et au Liechtenstein. Entre janvier et juin, 442'174 voitures ont changé de propriétaire, soit 618 de plus qu'à la même période de 2016.

Au premier semestre, on a enregistré 2,8 fois plus de ventes d'occasions que d'immatriculations de voitures neuves pendant la même période, relèvent mercredi dans un communiqué l'Union suisse des professionnels de l'automobile (UPSA) et l'organisme spécialisé dans le secteur Eurotax.

"Tandis que les marges reculent en permanence sur le marché des voitures neuves, le commerce d'occasion dépend plus fortement de l'offre effective et de la demande locale. Par conséquent, si les garagistes calculent intelligemment et gèrent activement leurs occasions, il est possible d'être rentable sur ce secteur", relève Urs Wernli, président central de l'UPSA.

Exception faite de Peugeot et Fiat, toutes les marques du top 10 de l'occasion figurent aussi dans le classement des dix marques de voitures neuves les plus vendues. Le groupe Volkswagen arrive en tête du marché de l'occasion, avec 61'430 véhicules vendus (+0,5%), suivi par BMW (32'917 voitures/+4,1%), Audi (32'505/-3%), Mercedes (29'552/+6%) et Opel (26'840/-3,7%).

Suivent les marques Renault (21'887/-2,1%), Peugeot (20'542/-1,6%) et Ford (20'054/-2%), qui se retrouvent un peu distancées. Les occasions de Toyota (16'440/+1,8%) et Fiat (15'841/-3,1%), ont à peine atteint un quart des ventes de Volkswagen.

Immobilisation plus courte

Par ailleurs, le solide redressement conjoncturel en zone euro a réduit le flux d'immatriculation quotidien suisse et étranger sur le marché helvétique de l'occasion. Par conséquent, la durée d'immobilisation moyenne a reculé à 96 jours (-3%) pour tous les segments de véhicules au premier semestre.

Les SUV et les véhicules tout-terrain (89 jours/-1,1%) se vendent en moyenne en moins de 100 jours, tout comme les petites voitures (91 jours/-3,2%), celles de classe moyenne inférieure (93 jours/-5,1%), les monospaces et minivans (95 jours/-4%) et les occasions de moyen de gamme (97 jours/-2%).

A l'inverse, les micro-voitures (100 jours/-5,7%), les véhicules de classe moyenne supérieure (100 jours/-4,8%), de luxe (118 jours/-2,5%), les coupés (118 jours/-5,6%) et les cabriolets et roadsters (121 jours/-3,2%) ont attendu 100 jours ou plus pour trouver un nouveau propriétaire.

ATS