Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président sénégalais Macky Sall pourra compter sur le soutien de 125 des 165 députés de l'Assemblée nationale (archives).

KEYSTONE/EPA/YOAN VALAT

(sda-ats)

La coalition au pouvoir du président sénégalais Macky Sall a conservé une solide majorité au Parlement, selon des résultats officiels provisoires du scrutin de dimanche dernier. Un vote que l'opposition dit avoir été entaché de fraudes.

La majorité présidentielle a obtenu 49,48% des suffrages exprimés, selon la Commission nationale de recensement des votes citée par l'agence de presse APS et la télévision d'Etat. Elle obtient ainsi une majorité écrasante à l'Assemblée, avec 125 sièges sur 165.

La coalition de l'ex-président Abdoulaye Wade a remporté 19 sièges, tandis que la liste du maire de Dakar, Khalifa Sall, en a elle remporté sept. Ces résultats, donnés dans la nuit de vendredi à samedi, doivent encore être confirmés par le Conseil constitutionnel.

Sur 165 sièges de l'Assemblée, élue pour cinq ans, 105, dont les 15 de la diaspora, sont pourvus au scrutin majoritaire, un système favorisant le parti arrivé premier dans chaque département, puisqu'il en rafle tous les sièges. Soixante autres sièges sont répartis à la proportionnelle.

Résultats contestés

Au total, quatorze partis seront au total représentés à l'Assemblée nationale sénégalaise. Dix d'entre eux auront chacun un député dans l'hémicycle, résume APS.

Le scrutin a été marqué par une présence record de 47 listes, contre 24 en 2012 et a été émaillé par des difficultés d'organisation. Plusieurs centaines de Sénégalais n'ont pas pu voter en raison du retard pris dans l'acheminement de cartes d'identité biométriques, et l'opposition a dénoncé une fraude électorale. Le gouvernement a rejeté ses accusations.

Des résultats partiels annoncés jeudi donnaient la majorité victorieuse à Dakar. Ces résultats avaient été immédiatement contestés par le camp de Khalifa Sall, en prison depuis mars pour détournement de fonds présumé.

ATS