Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le parti de Vladimir Poutine, Russie Unie, a enregistré un net recul aux législatives de dimanche en Russie, même s'il conserve sa majorité absolue à la douma. Les observateurs de l'OSCE ont dénoncé des bourrages d'urnes. Washington, Paris et Berlin ont exprimé leur inquiétude et leurs doutes.

Russie Unie a remporté 49,5% des suffrages - contre 64% il y a quatre ans -, soit 238 des 450 sièges que compte la Douma, selon des résultats quasi-définitifs. Le parti pro-Kremlin a fait son plus mauvais score (29 %) dans la région de Iaroslavl (300 km au nord de Moscou). Il a en revanche battu son record de popularité en Tchétchénie avec 99,48% des voix.

Le Parti communiste est le principal bénéficiaire du recul de Russie unie. Considéré comme le seul parti d'opposition crédible, le PC a obtenu 92 sièges (19,1% des voix) contre 57 en 2007. Il est suivi de Russie juste (centre-gauche, 13,2%, 64 sièges) et du parti libéral-démocrate (nationaliste, 11,7%, 56 sièges).

Poutine satisfait

M. Poutine a relevé que ces résultats vont permettre "le développement stable du pays". Le président Dmitri Medvedev a pour sa part estimé que les électeurs avaient envoyé "un signal aux autorités" mais que certains mauvais résultats étaient de la responsabilité des dirigeants locaux.

Le chef de l'Etat a également jugé que le scrutin avait été "équitable, honnête et démocratique". Un avis que ne partagent pas les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et les Occidentaux.

Bourrage d'urnes

"Le vote était bien organisé mais la qualité du processus s'est considérablement détériorée durant le décompte des voix, qui a été caractérisé par des violations fréquentes de la procédure, notamment avec de sérieuses indications de bourrage des urnes", a relevé la mission d'observation de l'OSCE.

Comme en 2007, elle a aussi constaté que "la concurrence politique (avait été) limitée et pas équitable" durant la campagne et a souligné "le manque d'indépendance" des autorités électorales, des médias et la trop grande proximité de l'Etat et de Russie Unie.

ATS