Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président français François Hollande devrait s'assurer de la majorité nécessaire pour gouverner dimanche au second tour des législatives, selon des sondages. L'épisode politico-sentimental du message de sa compagne Valérie Trierweiler n'influera pas sur le scrutin.

Selon Ifop, le Parti socialiste du chef de l'Etat, vainqueur du 1er tour dimanche dernier, devrait même pouvoir compter sur une majorité absolue à l'Assemblée nationale avec deux petits parti qui lui sont très proches. Ils disposeraient de 297 à 332 sièges sur 577 dans la nouvelle Assemblée, avec une majorité absolue fixée à 289 sièges.

A l'heure de la crise en zone euro, qui risque de contraindre le gouvernement à des mesures économiques impopulaires, un tel confort politique est loin d'être négligeable. L'exécutif ne sera pas soumis à une éventuelle surenchère de la gauche radicale, dont les positions sur l'Europe sont très éloignées des siennes.

Sondages confirmés

Même tendance selon l'institut Ipsos qui estime que le PS et ses alliés radicaux (radicaux de gauche et Mouvement républicain et citoyen (MRC)) pourraient obtenir la majorité absolue en raflant 324 à 364 sièges à l'Assemblée nationale. L'institut CSA partage cette estimation: selon lui, PS, radicaux de gauche et MRC obtiendraient 287 à 330 sièges.

Outre une majorité parlementaire, François Hollande attend de ce scrutin qu'il permette de tourner la page du très désagréable feuilleton initié par sa compagne Valérie Trierweiler.

Attaque contre Royal

Sur Twitter, elle avait lancé mardi une attaque très violente contre Ségolène Royal, la femme qui l'avait précédée dans la vie du président et la mère de ses quatre enfants.

En difficulté dans la circonscription de La Rochelle, l'ex-candidate socialiste à la présidentielle de 2007 avait reçu le soutien de tout l'establishment socialiste, dont François Hollande. Valérie Trierweiler, ancienne journaliste politique, a choisi d'appuyer son adversaire, un dissident socialiste.

ATS