Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Français de Suisse devront choisir entre une candidate UMP et une socialiste pour les représenter dans la future Assemblée nationale. Les deux femmes se sont qualifiées dimanche pour le second tour des législatives lors d'un scrutin qui n'a pas mobilisé les électeurs.

L'UMP Claudine Schmid est arrivée en tête du scrutin dans la 6e circonscription des Français de l'étranger (Suisse/Liechtenstein) avec 34,2% des suffrages exprimés, selon les résultats provisoires publiés lundi sur le site du ministère des Affaires étrangères. Sa rivale socialiste Nicole Castioni obtient 27,1% des voix.

Les autres candidats sont largement distancés. L'écologiste Ximena Kaiser Morris arrive troisième, avec 5,5% des suffrages exprimés. Elle est suivie par la candidate du Front national Christiane Floquet (5,3%) et par l'ex-conseillère d'Etat libérale genevoise Micheline Spoerri (5%).

"Ces résultats sont provisoires et publiés sous réserve des éventuelles rectifications auxquelles pourrait procéder la Commission électorale", précise le ministère des Affaires étrangères.

Faible mobilisation

Au total, quelque 107'000 Français de Suisse étaient appelés aux urnes pour désigner leur futur député parmi 21 candidats en lice. Le vote était organisé une semaine avant le premier tour dans l'Hexagone. Le second tour aura lieu comme en France le 17 juin.

C'est la première fois que les expatriés pouvaient voter pour désigner leurs députés. Jusqu'à présent, ils n'étaient représentés, au niveau national, que par douze sénateurs, désignés au suffrage indirect.

Malgré cette "première", la participation est restée faible (autour de 20% au niveau mondial, 21,91% en Suisse). Seuls 8,16% des inscrits se sont rendus dans les 85 bureaux de vote mis en place dans toute la Suisse, 0,61% ont voté par correspondance et 13,14% par internet.

ATS