Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une série de mesures devrait permettre de maintenir l'âge de la retraite à 65 ans, estime le directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) Yves Rossier. "Notre système social est en parfaite santé", selon lui.

Dans le "Bund" et Tages-Anzeiger", M. Rossier souligne que trois sources absolument sûres peuvent assurer le maintien de la retraite à 65 ans: les contributions salariales, l'impôt sur la consommation et l'argent public. "Les autres sources de financement ne sont que des curiosités, comme l'impôt sur les recettes des casinos".

Les scénarios catastrophe de l'AVS ne sont conditionnés que par un élément: "Nous ne savons pas ce que sera l'avenir dans une vingtaine d'années". Mais "il n'y a aucune raison d'avoir peur. L'avenir est, certes, incertain, pourtant notre système est parfaitement sain". Aucun pays de l'OCDE ne peut se prévaloir d'une meilleure situation que la Suisse dans ce domaine.

"Meilleurs rendements qu'à l'époque dorée"

Certains problèmes pourraient survenir en Suisse d'ici dix ans, admet Yves Rossier. "Mais les Grecs, les Britanniques, les Irlandais ou les Espagnols ont en ce moment d'énormes difficultés, et ont dû diminuer massivement les montants de leurs retraites. Les mesures que l'on serait amené à prendre en Suisse n'atteindraient jamais un tel niveau, selon le directeur de l'OFAS.

Sur un autre plan, ajoute M. Rossier, il fut un temps où le taux de conversion se situait à 7,2%, et l'intérêt sur le capital à 4%. "Mais nous avions 5 à 7% d'inflation". Aujourd'hui, le taux d'intérêt n'est plus qu'à 1,7%, mais l'inflation stagne à moins de 1%. "Les rendements sont ainsi aujourd'hui plus élevés qu'à l'époque dorée", fait-il remarquer.

Quant au travail partiel au-delà de l'âge de la retraite, ce n'est qu'une question liée au niveau de vie souhaité par la personne concernée, pense Yves Rossier. Ce dernier trouve normal que l'on ait envie de travailler après 65 ans, si la situation personnelle le permet.

ATS