Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Berne - Après les organisations faîtières de l'économie, les représentants de l'économie régionale appellent également les Suisses à refuser le 28 novembre l'initiative fiscale du Parti socialiste. Ce texte trompeur mène tout droit à l'enfer fiscal, selon ses opposants.
Tout le monde passera à la caisse en cas d'acceptation de l'initiative, a averti ce mardi le président de la direction d'economiesuisse Pascal Gentinetta. Celui-ci s'exprimait devant la presse à Berne en compagnie de représentants des Chambres de commerce des deux Bâle, de Suisse centrale et de Genève.
Le texte du PS est une attaque frontale contre le fédéralisme qui a fait ses preuves. C'est le début d'un vaste programme d'augmentations d'impôts pour tout le monde, et pas seulement pour les nantis comme le prétend la gauche, selon M.Gentinetta.
La Suisse perdrait de son attrait en tant que site économique. Le niveau élevé des impôts amènerait de nombreuses personnes directement concernées à émigrer à l'étranger. Enfin, sans l'instrument de la concurrence fiscale entre cantons, la dynamique positive des rentrées fiscales en prendrait un coup.
Même si, au premier abord, les cantons à fiscalité élevée comme Bâle-Ville et Bâle-Campagne semblent ne pas être touchés par l'initiative, le président de la Chambre de commerce des deux Bâle Thomas Staehelin reste vigilant.
Pour lui, la concurrence fiscale entre cantons est garante d'impôts modérés et d'une gestion parcimonieuse de la part de l'Etat: la supprimer ferait augmenter le niveau des impôts. Dans la région frontalière qu'est Bâle, la concurrence entre sites n'est pas seulement intercantonale mais aussi internationale, a-t-il rappelé.
Grâce à la concurrence fiscale, des cantons anciennement pauvres comme Zoug, Nidwald et Schwyz sont devenus des cantons à forte capacité financière et sont désormais contributeurs à la nouvelle péréquation financière, a expliqué la vice-présidente de la Chambre de commerce de Suisse centrale Corinne Fischer.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS