Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'écrivain britannique Julian Barnes s'est vu décerner mardi soir à Londres le Booker Prize, l'un des prix littéraires les plus prestigieux au monde, a annoncé mardi soir la Fondation du Booker Prize. M. Barnes avait déjà été finaliste à trois reprises.

Cinq autres auteurs - trois Britanniques et deux Canadiens - étaient en lice pour ce prix doté de 50'000 livres (plus de 70'620 francs), qui récompense un auteur de fiction, de langue anglaise, du Commonwealth et de la République d'Irlande.

Julian Barnes, qui faisait figure de favori cette année, a été récompensé pour son roman "The Sense of an Ending". C'est l'histoire d'un homme à la retraite, replongé dans ses années lycée. Un roman sombre qui reprend quelques-uns de ses thèmes favoris comme la vérité et le passé.

La quatrième fois a finalement été la bonne pour celui qui avait qualifié le Booker Prize de "loterie de snobs" et avait fait trois fois partie des finalistes, avec "Arthur et George" (2005), "England, England" (1998) et "Le Perroquet de Flaubert" (1984).

Succès aussi en France

"Je suis aussi soulagé qu'enchanté", a déclaré l'écrivain après l'annonce de son succès, remerciant le jury "pour sa sagesse et les parraineurs pour leur chèque".

Généralement bien accueilli par les lecteurs et salué par la critique, cet auteur prolifique de 65 ans qui a été traduit en plus de 30 langues est le seul à avoir remporté en France à la fois le Prix Médicis, pour "Le perroquet de Flaubert" (1986), et le Prix Femina étranger, pour "Love, etc." (1992).

Julian Barnes a aussi reçu, pour l'ensemble de son oeuvre, le David Cohen Prize en 2011, un prix bisannuel attribué à un auteur de langue anglaise.

ATS