Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'écrivain brésilien Paulo Coelho et sa femme, la plasticienne Christina Oiticica, mettent la dernière main aux travaux de la fondation qu'ils ouvriront prochainement à Genève, où ils vivent depuis cinq ans. Elle sera doublée d'un musée virtuel, révèle dimanche l'hebdomadaire "Epoca".

Le dernier conteneur d'une collection de 80'000 documents est arrivé la semaine dernière du Brésil, précise le journal. Il contient des lettres, manuscrits, contrats avec les maisons d'édition ou brouillons de chansons, ainsi que des milliers de photos, cadeaux d'admirateurs et affiches.

A la fondation, installée dans un rez-de-chaussée de 200 m2 d'un immeuble résidentiel à Genève, trône déjà la table de l'appartement de Copacabana où Coelho a écrit son premier best-seller "O Diario de um Mago" ("Le Pèlerin de Compostelle") en 1987.

A l'époque, "à mesure qu'il écrivait, il me montrait le livre. Aujourd'hui, il l'écrit en entier et me le montre à la fin. Je suis sa première lectrice", a confié Christina Oiticica à "Epoca".

La fondation, qui proposera des expositions thématiques, ouvrira ses portes au premier semestre de cette année, mais Paulo Coelho va tout numériser dans un musée virtuel déjà baptisé "Nuvem" (Nuage).

"Je vais mettre absolument tout dans Nuvem, une sorte de musée virtuel, pour que tous mes lecteurs, de tous les pays, puissent avoir accès à la collection", souligne l'auteur de "L'Alchimiste".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS