Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les choses se clarifient sur l'identité des actionnaires de la "Basler Zeitung" (BaZ): l'éditeur du quotidien bâlois Moritz Suter démissionne de ses fonctions. Rahel Blocher, la fille du stratège de l'UDC Christoph Blocher, reprend toutes les actions de la BaZ.

Moritz Suter agit ainsi en raison de différences avec le bailleur de fonds sur la conduite de l'entreprise, écrit-il lundi aux employés de la BaZ dans un mail, dont l'ats a pris connaissance. Il affirme que son "indépendance" et son "autonomie" en tant que président du conseil d'administration ont été "mises en cause" et que cela nuit à l'accomplissement de sa tâche.

Comme alternative, Moritz Suter avait proposé à Rahel Blocher des investisseurs, afin de solder le prêt à l'entreprise, précise-t-il. Cette offre a été refusée et c'est pourquoi il se retire avec effet immédiat de toutes ses fonctions au sein de la BaZ.

Le gouvernement s'en mêle

Le gouvernement de Bâle-Ville est lui-même intervenu dans l'affaire des révélations par les médias alémaniques sur les détenteurs de la BaZ. Le Conseil d'Etat a exigé que la transparence soit faite sur les différents actionnaires du quotidien.

"Le gouvernement est tenu par la Constitution de soutenir l'indépendance et la diversité de l'information", a-t-il écrit lundi dans un communiqué. Les médias sont importants pour la démocratie. Ils permettent aux gens de former leurs propres opinions.

Les informations dans les médias ont amené l'exécutif à demander une clarification, a précisé un porte-parole à l'ats. S'il n'existe pas d'obligation, le fait de savoir qui sont les détenteurs du journal permet aux lecteurs de mieux juger le contenu. Le Conseil de la presse avait déjà demandé à la BaZ de faire la lumière sur ses propriétaires en septembre.

ATS