Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'élection au Conseil fédéral devrait se faire sans surprise

Différents représentants des partis donnent leur avis sur les élections à venir.

KEYSTONE/ANTHONY ANEX

(sda-ats)

Comme à chaque veille d'élection au Conseil fédéral, parlementaires fédéraux et journalistes se sont retrouvés mardi soir à l'hôtel Bellevue à Berne pour la traditionnelle "nuit des longs couteaux". Aucune manoeuvre de déstabilisation n'y a été repérée.

La messe semble avoir été dite. Et mercredi matin, l'Assemblée fédérale élira sans doute deux femmes simultanément pour la première fois de son histoire. Pour le seul candidat masculin, le conseiller aux Etats PLR Nidwaldien Hans Wicki, les jeux sont en quelque sorte déjà faits. Le soutien à sa rivale et collègue, la St-Galloise Karin Keller-Sutter, est trop fort.

Une impression qui s'est encore manifestée dans le foyer de l'hôtel qui jouxte le Palais fédéral alors que les politiciens mettaient la dernière touche à leurs stratégies. Entouré de décorations de Noël, le politologue Adrian Vatter parle même d'une "élection claire, sans surprise". La succession de Johann Schneider-Ammann est déjà pliée lui fait écho en substance le président du PBD Martin Landolt.

Mini suspense côté PDC

Une once de suspense réside encore du côté du PDC et du remplacement de Doris Leuthard. Même si Heidi Z'graggen, ministre de la justice du canton d'Uri, peu connue à Berne, a étonnamment bien rattrapé ce retard, Viola Amherd, conseillère nationale haut-valaisanne, est toujours considérée comme la favorite.

La campagne, au cours de laquelle cette dernière a été accusée de cupidité et de faute professionnelle, ne semble pas avoir laissé de traces. Lors de ses apparitions publiques, Viola Amherd n'a rien cédé. Elle peut en outre compter sur l'avantage d'être connue des parlementaires qui siègent à Berne et qui de fait décideront mercredi qui envoyer au gouvernement.

Nuit contemplative

Une grande majorité des journalistes et parlementaires présents à l'hôtel Bellevue ont confirmé cette impression. Néanmoins, de nombreux experts pensent que l'Uranaise obtiendra un succès d'estime - à savoir qu'il faudra deux ou trois tours avant une issue claire. La consultante de Viola Amherd, Brigitte Hauser-Süess, ne veut elle rien savoir d'une décision préliminaire: "la course ne sera pas terminée tant que l'Assemblée n'aura pas voté."

L'ancienne collaboratrice de l'ex-conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sait de quoi elle parle. En 2007, le mythe de cette dernière nuit décisive, où se trameraient les dernières tractations de l'élection à venir, avait pris tout son sens. La Grisonne avait été élue au nez et à la barbe du sortant UDC Christoph Blocher.

Onze ans plus tard, la "nuit des longs couteaux" est en accord avec la période de l'Avent, soit relativement contemplative. Et malgré une situation de base claire, les politiciens présents sont restés très discrets concernant leurs intentions électorales. Tout le monde s'accordait toutefois à dire qu'aucune "candidature sauvage" n'était en vue.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.