Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouvel émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi s'est entretenu vendredi à Damas avec des membres de l'opposition tolérée par le régime. Cette rencontre intervient à la veille d'un entretien avec le président Bachar al-Assad, inflexible après 18 mois d'un conflit sanglant.

"Le plan Annan sera amélioré. Il y aura des idées et des mesures nouvelles car la crise en Syrie ne trouvera de solution que par un compromis arabe, régional et international", a affirmé Hassan Abdel Azim, porte-parole du Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND) à l'issue de son entretien avec le diplomate algérien.

Ce plan fixe des principes pour la transition en Syrie, mais sans appeler au départ du président. Le CCCND regroupe des partis nationalistes arabes, kurdes, socialistes et marxistes.

A son arrivée à Damas la veille, M. Brahimi avait estimé que la crise syrienne "s'aggravait", selon des propos rapportés par l'agence officielle Sana. Lors d'un entretien avec le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, l'émissaire, qui a succédé le 1er septembre à Kofi Annan, démissionnaire, avait souligné qu'il "n'épargnera aucun effort pour trouver une solution".

M. Mouallem l'avait de son côté assuré de "la pleine coopération de la Syrie pour faire aboutir sa mission", selon Sana. Le régime ne reconnaît pas l'ampleur de la contestation qui a fait 27'000 morts depuis mars 2011 et qualifie de "terroristes" les opposants et militants.

Appel de Benoît XVI

Alors que les violences ont fait 125 morts jeudi et 18 vendredi, selon un premier bilan d'une ONG syrienne, le pape Benoît XVI, en visite au Liban, a appelé à mettre fin aux livraisons d'armes en Syrie. Les rebelles ont réclamé à plusieurs reprises des armes à la communauté internationale.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a estimé de son côté que le régime de Bachar al-Assad s'approchait de sa "fin inévitable". Il a souligné vendredi que le régime syrien était "dictatorial" et affirmé que "l'unique objectif (de la communauté internationale) est de faire en sorte que la Syrie devienne démocratique, dans le respect de son intégrité territoriale".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS