Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A l'avenir, les petits épargnants devront payer davantage de frais et toucheront moins d'intérêts, selon le patron de PostFinance. Hansruedi Köng exclut en revanche toute menace de taux négatifs "pour le moment".

"Les taux d'intérêt sur les comptes d'épargne devraient encore baisser et les frais de tenue augmenter", indique Hans Köng dans un entretien au SonntagsBlick. "Cela ne concerne pas que PostFinance, mais tous les clients de banques". En comparaison, la filiale bancaire du géant jaune paie encore "de bons intérêts".

Puisque la loi lui interdit d'accorder des hypothèques et des crédits, PostFinance dépose une partie des avoirs de sa clientèle auprès de la Banque nationale suisse (BNS). Or l'institution prélève depuis janvier un taux négatif de 0,75% sur des avoirs dépassant un certain montant exonéré.

Jusqu'à ce jour, PostFinance a versé "une somme en millions à un chiffre". Un montant plutôt bas, comparé à la Banque cantonale de Zurich, qui selon son directeur Martin Scholl, interviewé dans la Neue Zürcher Zeitung, aurait déjà payé 75 millions de francs.

PostFinance a choisi, à l'instar d'autres établissements, de répercuter la mesure de la BNS sur sa clientèle commerciale. Ainsi, les comptes de cette catégorie abritant plus de 10 millions de francs ne sont plus rémunérés.

Paiement mobile

Dans le journal dominical alémanique, Hansruedi Köng se dit par ailleurs ouvert à une introduction de PostFinance en bourse, à l'issue de laquelle La Poste garderait une part d'au moins 51%. "Mais ce n'est pas le bon moment pour une introduction en bourse, donc pas à l'ordre du jour".

Le patron de PostFinance évoque aussi l'application de paiement mobile Twint, mise au point notamment avec le géant de la distribution Coop. "Le système fonctionne et a reçu le feu vert de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA)". Une mise sur le marché est prévue à l'automne aux caisses de 6000 magasins Coop.

ATS